Compte rendu de la réunion de

L’Association des Apiculteurs des Îles Loyautés (AAIL)

Le mercredi 19 avril 2017, à 8h00, à la Case de l’Entreprise, Lifou.

 

 

Etaient présents :

GRANADOS Sophie

ZEOULA Delphine

XOWIE Jeanine

VERFAILLE Ludovic

PASSA Noël

WADRENGES Wamo

XOWIE César Wenisö

IHMANANG Albert

COSTE Emile

ITA Willy

ITA Anna

ZEOULA Sainue

WANONO Moise

WAETE Martial

ZEOULA Cope

WEJIN Jean Jacques

XUMA Philippe

IHAGE Roger Mawe

READ John

LUEWADIA Ernest Saihuyie

EHNYIMANE Martial

EHNYIMANE Adèle

 

 

La réunion de l’AAIL s’est donc tenue à la case de l’entreprise le mercredi 19 avril 2017. La séance a été ouverte à 09h10.

L’ordre du jour est le suivant :

1)      Introduction

2)      Bilan d’activité de l’AAIL en 2016 et budget de l’association pour 2017

-          Bilan moral

-          Bilan financier

3)      Point sur le fonctionnement de la miellerie

-          Fonctionnement

-          Conditions d’accès

4)      Activité pour 2017

-          10 ans de l’UCPA à Traput : 24, 25, 26 mai

-          Foire des îles à Maré

-          Formation avec Ludo

-          Réalisation de panneaux de sensibilisation

-          Livre sur les plantes mellifères de Bernard Suprin

-          Précautions à prendre en période de dengue

5)      Point sur les actions de l’ADECAL/CPA

-          RESA

-          Suivi génétique

-          Ruchers sentinelles

6)      Point trésorerie, secrétariat et désignation de responsables pour les actions de l’AAIL

-          Point sur les cotisations

-          Liste des contacts des apiculteurs

-          Désignation de responsables pour les actions de l’association

7)      Questions diverses

 

 

1)      Introduction

Au vu du nombre important de nouveaux apiculteurs, un tour de table a été fait et chaque personne a pu se présenter. Certaines personnes, pas encore dans l’apiculture mais intéressées par les formations, étaient présentes.

Une présentation brève de l’association a donc été réalisée par Martial.

Puis c’est au tour de Philippe de présenter l’ADECAL et le CPA. L’ADECAL est donc une structure de soutien technique et de formation aux apiculteurs. La formation d’initiation se déroule aux îles sur 4 jours (avant 2017 cette formation durait 2 jours). Sur la base de cette formation, une sélection basée sur la motivation des personnes, est faite pour participer à la deuxième formation « conduite du rucher » qui se déroule à Boghen. Il y a ensuite trois autres formations, également données sur au CPA de Boghen : « perfectionnement », « élevage de reine » et « ASA (Agent Sanitaire Apicole) ». Sur la base de la formation « conduite du rucher », 63 apiculteurs sont recensés sur Lifou.

 

2)      Bilan d’activité de l’AAIL en 2016 et budget de l’association pour 2017

-          Bilan moral 2016 :

En 2016, le bureau de l’AAIL a été élue avec comme président M. IHAGE Mawe, comme secrétaire M. HNAWIA Jean Pierre et comme trésorière Mme EHNYIMANE Adèle. Les vices présidents sont : SIOREMU Joce à Maré et OUTCHAOU Nestor à Ouvéa.

En 2016, peu d’actions ont été réalisées. Néanmoins l’AAIL était présente à la fête du miel et de santal à Easo, à la foire des îles à Dreulu ainsi que quelques petites manifestations.

-          Bilan financier 2016 :

Crédits = Reconduite du budget 2015 + cotisations + subventions PIL (720 000 XPF)

Crédits = 948 306 XPF

Dépenses = 80 812 XPF (en grande partie pour la fête du miel et du santal)

Total = Crédits -  Dépenses = 866 494 XPF

Le gaufrier, financé par la PIL et le consulat de Nouvelle Zélande, est arrivé à Nouméa (Entreprise la Ruche Calédonienne à Paita). Il arrivera sous peu à l’UCPA à Traput. A propos des conditions d’utilisations de ce gaufrier : le seul utilisateur actuel est Didier de l’UCPA. A voir avec Waeren si, en la présence de Didier et pour lui venir en aide, d’autres personnes peuvent l’utiliser (proposition de Philippe). Une formation rapide pourrait être donné à ces personnes, afin d’éviter la « casse » (proposition de Sophie).

Au sujet des deux gaufriers qui devaient être financé par l’AAIL, un pour Lifou et le deuxième pour Maré (cf. réunion du 21/12/16) : la commande n’a pas été réalisée avant fin 2016. La condition d’achat de ces gaufriers était d’utiliser l’argent restant en 2016 pour effectuer une nouvelle demande de subvention à la PIL en 2017. Martial signale donc qu’actuellement, il faut d’abord savoir si on a une subvention en 2017 ou si la PIL nous laisse le reliquat de 2016 pour fonctionner, pour valider ou non l’achat des deux gaufriers. Le bureau de l’AAIL doit donc présenter le bilan financier à la PIL dans les plus brefs délais. Martial craint que l’on n’est pas de nouvelles subventions vu le bilan financier de 2016. Philippe précise, qu’actuellement nous ne sommes plus dans le même contexte que la réunion précédente car nous ne sommes plus obligés d’utiliser les pièces car nous ne sommes pas sure d’avoir des subventions. Martial ajoute que le budget de l’AAIL est à la base pour le fonctionnement de l’association et non pour l’investissement. Comme le budget 2016 va surement être reconduit, il vaut mieux garder l’argent pour le fonctionnement. Par conte pour l’achat d’un gaufrier pour Maré, la discussion est encore sur la table : une exception peut être faite et le budget peut être attribué à cet investissement. Cependant il faut que les apiculteurs de Maré, s’ils souhaitent vraiment obtenir ce gaufrier, conviennent entre eux d’un lieu où l’installer et qu’ils soient ensuite formés à son utilisation. Martial a fait passer le message au vice-président, nous sommes donc dans l’attente de leur retour. Ludovic rappelle qu’il faut réfléchir sur l’utilisation du gaufrier et donne un exemple de deux apiculteurs qui s’en sont fabriqués un avec les moyens du bord (moule).

3)      Point sur le fonctionnement de la miellerie

La condition d’accès à la miellerie c’est que l’apiculteur soit à jour de sa cotisation à l’AAIL. Les adhérents sont donc prioritaires à son utilisation. Philippe signale que le listing des adhérents a été fourni par Adèle à l’UCPA. Il rappelle que le prix d’achat (en amenant ses cadres est de 800 f/kg. Sur une année apicole (du 31 mars au 1er avril), si le poids de 100 kg est dépassé, le prix d’achat est alors de 1000 f/kg à partir du 101ème kg.

Mawe rappelle donc qu’il faut se mettre à jour de sa cotisation et qu’elle ne s’élève qu’à 2000f. Adèle ajoute qu’elle a imprimé des cartes pour les adhérents.

4)      Activité pour 2017

10 ans de l’UCPA à Traput : 24, 25, 26 mai

Oui on participe à cette foire. Comme c’est une « porte ouverte », les gens pourront circuler et visiter la miellerie. Le stand des apiculteurs se trouvera à proximité de la miellerie. Il serait bien que chaque apiculteur apporte du miel et comme c’est sur trois jours, qu’il y est plusieurs membres de l’AAIL qui se relais sur le stand. Il serait bien de se réunir un peu avant la foire pour organiser ça et récupérer le matériel chez Mawé.

Foire des îles à Maré (en septembre)

Il faut quelques volontaires de l’AAIL pour aller à Maré et représenter l’association. En rediscuter à la prochaine réunion dans 3 mois.

Formation avec Ludo

Avant son départ Ludo propose de former quelques apiculteurs à la fabrication des produits dérivés de l’apiculture. Le 20 et 21 avril, Ludo a donné une formation test à Romain (Directeur du CPA) et à Philippe ; ceci afin de la proposer à d’autres personnes avant son départ. Les thèmes qui seront abordés et proposés par Ludo seront les suivants : travail en synergie avec la ruche, les produits dérivés de la ruche et l’api thérapie (théorique), apprendre à faire des produits simple (pratique).

Philippe signale qu’une relance sera faite auprès des adhérents une fois que le pro forma sera établi et que la formation sera également proposé aux apiculteurs de Maré et d’Ouvéa.

Réalisation de panneaux de sensibilisation

L’idée est de réaliser des panneaux de sensibilisation et de les disposer dans les endroits clefs des îles comme par exemple les aérodromes pour informer la population au fait de ne pas ramener de miel ni de matériel ou quelconques produits liés à l’apiculture (exemple des panneaux pour lutter contre le bunchy top).

Livre sur les plantes mellifères de Bernard Suprin

Il existe une nouvelle convention entre l’AAIL et l’ADECAL pour que les adhérents bénéficient de tarifs préférentiels pour l’achat de ce livre. Jean Pierre doit faire une commande auprès de Mélanie (secrétaire du CPA) pour faire venir des livres. Cependant il doit savoir combien de personnes sont intéressées, il faut donc se manifester auprès de Jean Pierre.

Précautions à prendre en période de dengue

En période de dengue, la commune a le devoir de prévenir les apiculteurs concernés par la zone de traitement anti moustiques (et autres insectes !!!) 48h avant. Il faut savoir que la mairie effectue un traitement sur une zone de 150 à 200 m autour de l’endroit où les cas de dengue ont été recensés.

Philippe a donc donne la liste des apiculteurs et leurs contacts. Il précise qu’il est souvent d’abord consulté pour savoir si un ou plusieurs apiculteurs seraient concernés.

Il faut donc dans les 48h, déplacer les ruches dans un endroit non concerné par le traitement et les ramener quelques semaines après.

5)      Point sur les actions de l’ADECAL/CPA

RESA : Philippe, comme à la réunion précédente, rappelle aux apiculteurs qu’il faut vraiment effectuer les visites par les ASA (agents sanitaire apicole). Au-delà de 30 ruches c’est deux visites par an, en dessous c’est une visite au minimum. Le but de ces visites c’est de préserver l’état sanitaire aux îles loyauté et à l’avenir, obtenir l’autorisation de vendre le miel aux croisiéristes australiens.

Suivit génétique : l’ADECAL effectue des prélèvements d’abeilles et les envoie en métropole pour être analysé (300 abeilles). Le but c’est de connaitre le taux de pureté de l’abeille noire aux îles. Si ce taux est élevé, un conservatoire de l’abeille noire pourra être mis en place.

Rucher sentinelle : Les ruchers sentinelles c’est le suivit sanitaire de ruchers dit « à risque ». Les analyses sont faites tous les trois mois. 7 échantillons ont été également fait sur différents miels de l’UCPA et tous sont négatifs à la loque.

 

6)      Point trésorerie, secrétariat et désignation de responsables pour les actions de l’AAIL

Mawé informe les personnes présentes que Delphine vient en soutient à Jean Pierre pour le secrétariat. Elle propose de remettre à jour la liste des apiculteurs, adhérents et leurs contacts sous format Excel afin de faciliter les échanges et la transmissions des informations.

Philippe demande également si une personne référente (membre du bureau ou non) peut être présente aux réunions données au CPA. Martial se propose pour représenter l’AAIL, on désigne également Jean Pierre (malgré son absence !).

En ce qui concerne la personne référente pour les festivités, Sophie se propose à ce poste. Cependant, les adhérents de l’AAIL doivent l’épauler et être présents aux festivités.

Pour le référent panneaux de sensibilisation et mise en réseau des apiculteurs et des ASA, Katan (absent aujourd’hui) c’était proposé.

Il est rappelé que les adhérents doivent se mettre à jour de leur cotisation à l’AAIL qui est de 2000f/an. A ce jour, seulement 8 apiculteurs sont adhérents sur 63 en activités !!!

7)      Questions diverses

Martial demande à Ludo (notre ancien secrétaire) s’il peut nous expliquer comment envoyer les analyses de miel au laboratoire en Belgique. Le but de ces analyses (environ 85€ l’analyse) est de mieux connaitre certains paramètres du miel de Lifou : bilan chimique, biologique, pollen, gustatif, taux d’humidité,… L’idée étant à l’origine de créer un label « miel de Lifou ». Aujourd’hui ce n’est peut-être pas nécessaire car il n’y a pas de fraudes, d’abus.

Philippe, au nom du CPA, souhaite, à l’avenir, que l’AAIL et les apiculteurs chevronnés prennent le relais pour la formation initial sur Lifou.