Compte rendu de la réunion de

L’Association des Apiculteurs des Îles Loyautés (AAIL)

Le lundi 24 juillet 2017, à 13h00, Hmelek, Lifou.

Etaient présents :

GRANADOS Sophie, ZEOULA Delphine, VERFAILLE Ludovic, PASSA Noël, WADRENGES Wamo, ITA Waléa, ITA Anna, WEJIN Jean Jacques, XUMA Philippe, IHAGE Roger Mawe, READ John, EHNYIMANE Martial, EHNYIMANE Adèle, XENIE Véronique, JEVEAU David, BARNAUD Antoine, WAMALO Charlotte, FOREST Kévin, XUMA Jordan, IJEZIE Basie, PHILIPON Hélène, LEBLANC Patrick, SINEMAJA Prisca Wako, WEJIN Eva, BOULA Boula, WAIKATA Katan.

 

 IMG_0815

 

 

 

 

 

 

 

 

IMG_0819

 

 

 

 

 

 

 

 

  IMG_0817

 

 

 

 

 

 

 

Cette réunion a été organisée par M. Philippe XUMA, technicien apicole de l’ADECAL, afin de rassembler les apiculteurs de Lifou et dans le but d’identifier les besoins de la filière. Elle  s’est donc tenue chez Philippe, à Hmelek, le lundi 24 juillet 2017.

Après un casse-croute, les présentations de chacun et une coutume de remerciement, le travail a commencé. L’objectif étant donc d’identifier les besoin de la filière apicole dans les îles Loyauté, les personnes présentes ont été sollicitées. Pour cela, des feuilles ont été distribuées pour que chacun puisse noter un ou deux thèmes prioritaires à développer et constituer des groupes de travail.

Suite au dépouillement des feuilles, six thèmes sont ressortis :

-          Le suivit technique

-          Les formations

-          Le suivit sanitaire / ASA

-          Le devenir de l’AAIL

-          La miellerie à l’UCPA

-          Le miel : qualité, prix et exportation

Les groupes de travail ont été formé (4 à 5 personnes) en fonction des envies et des responsabilités de chacun. 30 min ont été accordé pour que chaque groupe puisse développer chaque thème dans le but d’en débattre le groupe au complet. Un référent est nommé par groupe afin d’animer le débat.

Après le travail en groupe, le débat a pu débuter et, de manière synthétique, voici ce qu’il est ressorti :

Thème 1 : Les formations

Pour commencer, le groupe de travail fait ressortir le besoin d’avoir un local afin de stocker le matériel de l’association et de dispenser les formations. Ce local pourrait être également utilisé pour les réunions. Pour le lieu, il est proposé de demander s’il n’y aurait pas une pièce de libre à l’UCPA ou bien un lieu à louer.

L’idée est débattue et une personne signale qu’il y aurait un projet d’agropole porté par la chambre de l’agriculture, au MFR à Waihmene. L’AAIL y aurait légitimement ça place. Il y aurait cependant un problème de foncier sur ce lieu. Il est donc décidé de se rapprocher de la chambre de l’agriculture pour suivre cette idée.

Il est également dit qu’il faut trouver une alternative à court terme afin de trouver un local rapidement. Pour cela, il est proposé de se rapprocher de la PIL et évaluer les besoins financiers pour la location d’un local.

L’idée de monter un rucher école est soulevée !

En ce qui concerne les formations :

-          Formation d’initiation : Premièrement, il est proposé par le groupe de travail d’ajouter la visite de la miellerie à cette formation. Il est ensuite proposé de diviser le groupe de stagiaires pour améliorer la compréhension pour : le montage de ruche, la visite d’un rucher et la capture d’un essaim. Enfin, il est proposé que certain apiculteurs confirmés puisse épauler Philippe lors des initiations.

Philippe, signale qu’il va faire deux sessions d’initiation pour répondre à la demande des futurs apiculteurs. L’idée d’aider Philippe par la présence d’autres apiculteurs est validée.

-          Formation ASA : Il est proposé de refaire des formations ASA pour augmenter le nombre de personnes qualifiées sur les îles.

Il est signalé que Martial va prochainement être ASA. Il est aussi dit qu’il faudrait augmenter le nombre de visite ASA avant de reformer de nouvelles personnes.

-          Formation à l’utilisation du gaufrier de l’UCPA : Elle est nécessaire pour ceux qui veulent l’utiliser.

Il est demandé que ce sujet soit développé dans le thème « miellerie UCPA ».

-          Formation produits dérivés : produits de la ruche, cosmétique, cuisine, bougie,…

Il faut que l’AAIL (bureau, membre actifs et membre tout simplement !!) mette en place ce genre de formations avec les personnes qualifiés… ou que ces dernières proposent des formations.

Thème 2 : Miel ; prix, qualité et exportation

Le prix : Peut-on uniformiser le prix du miel à Lifou ?

Le groupe propose les prix suivants : 250g = 500F, 500g = 1000F, 1kg = 2000F. Et pour la vente en grande quantité : 700F les 500g.

Il est signalé, que pour le prix, chaque apiculteurs le choisi. Par contre le prix pourrait être uniformisé lors des foires, fêtes, vente commune, sur les stands de l’AAIL afin d’éviter la concurrence.

L’exportation : Il faut absolument que le miel des îles soit de qualité et dépourvu de maladies. Chaque apiculteur doit aller dans ce sens et respecter les contraintes pour atteindre cet objectif. Il est primordial que tous les apiculteurs des îles réalisent les visites ASA, c’est leurs responsabilités.

Il est signalé que pour l’instant la demande est  largement supérieure à l’offre et qu’on peut déjà se concentrer sur le marché local. Il est également dit que pour l’export à l’international, cela peut être une démarche individuelle (se renseigner auprès de la DAVAR, SIVAP). La carte sanitaire pour les îles n’existe pas encore et c’est pour cela que le RESA agit, fait un suivit sur certain ruchers et réalise des analyses.

Thème 3 : Suivit sanitaire / ASA

RESA : Réseau d’Epidémio-Surveillance Apicole.

Le RESA a été mis en place pour réaliser un suivi et de surveillance sanitaire sur l’ensemble du territoire. Il permet une réactivité face aux maladies et également prouver notre statut sanitaire. A Lifou, des ruchers sentinelles ont été mis en place dans des lieux à risque (port, arrivée des paquebots). Ces ruchers sont visités tous les trois mois.

Des ASA (Agents Sanitaire Apicole) ont également été formé pour assurer le suivi sanitaire sur l’ensemble des ruchers. Ce sont des apiculteurs ayant la compétence pour effectuer ce suivi et cette surveillance, ils interviennent à la demande des apiculteurs. Pour des ruchers inférieurs à 25 ruches, au moins une visite est conseillée par an. Pour les plus gros ruchers, il est préférable d’en faire deux. A Lifou 5 apiculteurs ont été formés pour être ASA. A noter, que nous sommes le territoire où il y a le plus d’ASA pour le nombre d’apiculteurs… et où il y a le moins de visites effectuer à l’année !!! QUE FAIRE (étant donné l’enjeu sur les îles) ???

Propositions :

-          L’apiculteur est responsable de son rucher, il doit être vigilant et prévenir les personnes compétentes en cas de doute. Une journée de formation (ou de remise à niveau) pourrait être mise en place pour le suivit sanitaire et la reconnaissance des maladies : journée thématique organisée par l’AAIL et réalisé par un intervenant du RESA.

-          L’apiculteur doit au maximum réutiliser sa propre cire.

-          Les apiculteurs doivent prendre conscience des enjeux et solliciter les ASA… c’est d’abord une démarche personnelle !

-          Les ASA peuvent aussi solliciter les apiculteurs pour faire les visites. Doit-on imposer les visites et noter les refus?

-          Mettre en place une coordination des visites par le CPA.

-          Former plus d’ASA ?

-          URGENT : Pour éviter l’importation de produits contaminés, il faut réaliser des panneaux de sensibilisations, des flyers… et les déposer dans des lieux adaptés : port, aérodrome,…

 Thème 4 : Le suivit technique

Le suivit technique est déjà effectué par l’apiculteur. Ce dernier peut être épaulé par Philippe, technicien de l’ADECAL.

Le groupe de travail donne quelques conseils pour réaliser une bonne conduite de son rucher :

-          Travailler en fonction des saisons et être prêt lorsque la bonne saison commence.

-          Utiliser au maximum sa propre cire

-          Avoir des ruches, hausses, cadre,… de réserve

-          Observer le comportement extérieur de ses ruches

-          Observer la ponte

-          Mettre les hausses au bon moment

-          Visiter régulièrement ses ruches et prendre le temps de bien observer.

Thème 5 : La miellerie à l’UCPA

A l’UCPA (Traput), nous avons deux outils : La miellerie (financée par la PIL) et l’atelier de transformation de la cire (financé par le consulat de Nouvelle Zélande).

L’atelier de transformation de la cire et là dans le but de produire les plaque de cire gaufrées avec de la cire locale, à bon prix et de qualité. Chaque apiculteur (adhérent de l’AAIL), peut amener ses blocs de cire pour réaliser ses plaques.

Questions (sujet prioritaire !!!):

-          Quand est ce qu’on lance cet atelier ? Dates ? Quels sont les problèmes techniques rencontrés ?

-          Qui (personne compétente) gère la mise en place de cet atelier et réalise les premiers essais et devient le référent ?

-          Comment organise t’on l’utilisation de cet atelier ? : Une formation à l’utilisation de cet outil doit être organisée par l’AAIL une fois que l’atelier est mis en route (seules les personnes formées auront le droit de l’utiliser). Un planning d’accès à cet outil doit être réalisé en accord avec le personnel et le responsable de l’UCPA.

Miellerie : Production annuelle 2014/2015 : 1500 – 1600 kg (Idem pour 2015/2016). Le prix du miel au kg est de 800f et 1000f si on dépasse les 100kg.

Les utilisateurs trouvent qu’il n’y a pas assez de jours disponibles pour les extractions (surtout en forte saison de production). Il y a un problème de souplesse à améliorer. Il faudrait que les principaux utilisateurs se réunissent avec Didier et Waeren pour discuter d’un planning adapté, proposer des solutions (exemple : faire deux extractions par jour).

Thème 6 : Le devenir de l’AAIL

« Il faut que l’association se reprenne en main ! Dynamiser le groupe ! »

Solutions :

-          Réaliser une réunion de l’association une fois par trimestre

-          Participer à plus d’évènements : Fête de l’UCPA, Fête du miel et du santal (octobre), Foire des îles, des journées de vente devant la mairie avant les fêtes de fin d’année,..

-          Organiser des formations thématiques

-          Etre présent aux réunions du CPA

-          … que chaque membres actifs adhérents de l’AAIL soit force de propositions et d’actions pour ne pas tout déléguer aux membres du bureau !

 

Clôture de la réunion : 18h10